Non sans mal je reprends aujourd’hui la série d’article sur la construction de notre maison avec une étape que nous sommes tous amenés à vivre lors d’un achat, même dans l’ancien : la rencontre avec ces professions que l’on côtoie peu les courtiers et les notaires.

A ce moment là de notre parcours de construction, on est tout content parce que l’on a enfin les plans de la maison de nos rêves (enfin de nos rêves qui rentrent dans notre budget). On doit donc trouver le moyen de concrétiser ce projet aussi bien sur le plan administratif que financier.

Le courtier, notre meilleur ami pour décrocher un prêt immobilier

La première profession étrange dont je veux vous parler c’est celle de courtier en prêt immobilier. Le courtier c’est cette personne qui fait votre travail à votre place sans même que l’on soit obligé de le payer. Oui, une sorte d’esclave des temps modernes qui va prospecter les banques à votre place.

Le courtier vit dans un bureau, parfois dans sa voiture ou chez les gens quand il exerce en indépendant. On le trouve généralement dans des cabinets privés, souvent sur internet, plus rarement dans des associations. Le cri du courtier, assez similaire à celui de son cousin banquier, est assez difficile à caractériser : “TEG, capé 1, délégation d’assurance”. Mais le courtier, contrairement à son cousin banquier, a la faculté de parler également le langage commun son but étant de nous aider, commun des mortels, à obtenir les meilleures conditions de crédit. Et c’est bien utile.

Les courtiers se divisent en 2 grandes espèces selon leur type de rémunération :

  • les courtiers qui vous prennent une commission
  • les courtiers qui prennent leur commission sur les banques directement

Quelques soit l’espèce de courtier que vous rencontrez il y a fort à parier que vous vous en ferez rapidement un ami car le courtier est serviable. Outre ses capacités à récupérer des taux de crédits bas très rapidement et ses compétences de traduction, le courtier aime également faire la paperasse à votre place et ça c’est chouette.

Nous avons décidé de travailler avec un courtier du CIL, une association Action Logement auprès de laquelle cotisait mon employeur et qui me proposait un prêt à 1%. Nous n’avons pas payé le courtier mais avons été très satisfait de ses services. Je vous recommande chaudement de passer par eux si vous en avez la possibilité.

 

 

 

Le notaire, cette grande inconnue

Complètement à l’opposé du courtier, le notaire est une créature dont vous allez forcément faire la rencontre dans votre quête de l’achat immobilier mais qui ne vous est d’aucune utilité. Etat français et tradition des charges obligent.

Le notaire est une créature fière, elle aime se faire appeler Maître (avec un grand M en plus). Elle aime également vous appeler cher/chère. Son utilité résiderait semble-t-il dans l’enregistrement des ventes auprès de l’Etat. La paperasse est la principale nourriture du notaire. Il vit généralement en meute dans un office avec ses petits que l’on appelle clercs. Ensemble, ils aiment accumuler un maximum de documents dans l’attente de pouvoir un jour vous coincer dans une salle de réunion afin de vous faire manger tous les papiers d’un coup.

Si vous et le vendeur avez fait le choix d’adopter deux notaires différents, vous aurez l’occasion de les voir se lancer dans une parade étrange le jour de la vente. Préparez vous à vous sentir désemparé, impuissant et dans un autre monde.

Nous avons décidé de prendre un notaire différent de celui du vendeur ce qui ne nous a servi à rien si ce n’est à perdre du temps et de l’énergie. Le notaire reste aujourd’hui pour nous une grande inconnue et je serais bien incapable de vous conseiller quoi que ce soit. Je vous souhaite par contre bien du courage si vous tombez sur les mêmes loustics que nous.

 

 

J’ai voulu rédiger un article ironique pour illustrer la phase administrative du processus de construction/d’achat car c’est à mon sens la plus barbante. C’est un passage obligé lors duquel nous n’avons que bien peu de prise. Nous nous sommes sentis à la fois observateurs et prêts à être mangés. C’est ce qui m’a inspiré le ton de l’article. J’espère qu’à défaut de vous informer il vous aura fait sourire surtout si vous êtes dedans actuellement. #Courage

A suivre, l’article sur le chantier  !