Il y a (déjà) un mois je publiais l’article dédié à la recherche du terrain de ma série de billets sur la construction. Un article long et, bien que pratique pour ceux qui sont déjà “dedans”, certainement un peu barbant. J’ai donc eu l’envie de vous proposer aujourd’hui ce que j’appellerai ma “variante bonus”.

La recherche du terrain est à mon sens une des étapes les plus importantes et éprouvantes. Mais chercher son terrain c’est aussi des moments où on se sent bête et où on prend conscience de ce que l’on veut. Une aventure qui nous permet de devenir (un peu plus) complices quand on la vit à deux et qui permet à chacun d’un peu mieux se connaître et de se faire confiance.

Voici donc une compilation d’instants, ceux que l’on garde en tête, parce que quand même on a bien ri, on a bien grandi.


Arriver sur le terrain avant l’agence immobilière. Sortir de la voiture, entendre le bruit de l’autoroute. Rentrer dans la voiture. Annuler le rendez-vous. La visite en 2min.
L’enseignement : Si le terrain est grand et dans vos prix sur Nantes, c’est qu’il y a certainement baleine sous gravillon.


Visiter un terrain, se dire que le grand mur en mitoyenneté c’est bien pratique pour se cacher du vis-à-vis. Demander à l’agent immobilier ce qu’il y a derrière. Sa réponse : “le cimetière, mais ce n’est pas gênant il suffit de ne pas mettre de fenêtre de ce côté à l’étage”. #NoWay
L’enseignement : Regarder Google Maps avant les visites et se renseigner sur les projets futurs si la zone n’est pas encore aménagée.


Flasher sur un terrain le matin, s’enthousiasmer. Y retourner l’après-midi et se rendre compte qu’il est en fait à l’ombre dès 16h même l’été, à cause des arbres / de la maison du voisin (rayez la mention inutile).
L’enseignement : visiter un terrain, le jour, la nuit, par temps de pluie et dans toutes les conditions possibles pour éviter les déceptions. C’est l’avantage du terrain, on peut généralement y retourner !


Suite au point précédent, se retrouver à calculer la courbe du soleil pour savoir si on aura quand même au moins un peu d’ensoleillement le soir en rentrant du travail. Oui on a utilisé le théorème de Thalès. Et non c’était pas concluant.

L’enseignement : pour être certain d’avoir le soleil l’après-midi et le soir, on peut simplement vérifier qu’il n’y a rien à l’ouest et au sud, c’est un peu plus simple.


Parcourir près de 90km en une soirée pour visiter des terrains à l’opposé de Nantes. Même le commercial du constructeur n’en pouvait plus.

L’enseignement : Définir un périmètre de recherche c’est gagner du temps, de l’argent et être gentil avec la nature (et les commerciaux).


Visiter un terrain repéré sur un site web en solo, et se dire qu’il n’est pas terrible. Par contre celui d’à côté il est vraiment sympa. Se projeter, téléphoner au lotisseur. Apprendre le prix. Pleurer.

L’enseignement : Ne jamais s’emballer avant de connaître le prix.


Arriver sur un lotissement pas encore borné avec un plan à l’échelle. Passer 2h à faire des pas dans un sens puis dans l’autre pour essayer de projeter quelque chose.

L’enseignement : Il semblerait que la théorie des pas qui mesurent 1m soit un des plus anciens phénomènes de désinformation. Ça ne marche jamais ! Sachez-le.


Découvrir le concept de division parcellaire quand un propriétaire concède gentiment à vous céder l’emplacement minuscule, caché derrière sa maison immense.

L’enseignement : Aujourd’hui avec 80k€ à Nantes on peut s’acheter l’emplacement d’un arbre, dans le jardin de quelqu’un d’autre. Et la cabane on la met où du coup ? :D


Aller, et retourner, encore et encore sur son terrain une fois que l’on a compris que c’était celui-là. Se faire confiance, y emmener tout le monde. Expliquer que la maison elle sera là et que c’est là qu’on fera les barbecues.

L’enseignement : Prendre le temps, partir de soi et de ses envies, ça paye toujours.

Fin.