Sixième épisode aujourd’hui de la série Les Joies de la construction. Désormais, nous avons un terrain, les plans de la maison parfaite, un maître d’œuvre et nous avons réussi à passer outre la montagne de paperasse. Notre permis de construire est accepté par la mairie (alléluia) et c’est donc le tant attendu … moment de l’ouverture du chantier. 

“Votre chantier démarre lundi”, 4 petits mots, des sauts de joie et une excitation intense. Ça y est ! On va voir notre maison se construire peu à peu. Ça y est ! Nous en avons fini avec tout l’avant projet et désormais nous allons pouvoir savourer les fruits des efforts fournis depuis des mois. Ça y est ! Ce sont les autres qui vont travailler pour nous.

Ahah, comme nous étions bien innocents encore une fois, car si c’est avec la phase des plans l’une des plus excitantes, c’est aussi celle qui est la plus riche en rebondissements. Lorsque l’on est hyper impliqué dans son projet ET que l’on cumule avec un maître d’œuvre moyennement attentif et un chantier express de maison en ossature bois on se retrouve bien vite dépassé par les événements.

Adieu temps libre

Finalement, une fois le chantier ouvert, nos week-ends sont toujours bien remplis. Désormais il faut aller faire des tours sur le chantier pour vérifier que tout est bien comme il faut là où ça doit devrait être. Et donc rédiger des mails pour expliquer que “non, mais ça ce n’était pas prévu comme ça” et puis d’ailleurs “qu’est-ce que c’est que ce truc-là ?”. Ah ! Et aussi à répondre aux questions que vous n’avez pas eu le temps de traiter durant la semaine.

Et bien oui car la semaine, c’est désormais réunion de chantier le mardi soir et parfois même le jeudi aussi. Pendant la journée quand ce n’est pas votre maître d’œuvre qui vous appelle c’est vous qui lui téléphonez en urgence: “On a oublié un interrupteur dans la salle de bain ?! … Dans la SALLE DE BAIN.” [Danse de la panique]

C’est également pile à cette période là qu’il faut trouver tous ses matériaux quand on fait les travaux de finitions soi-même. Point P, Leroy Merlin et Castorama deviennent donc nos principaux lieux de villégiatures. D’ailleurs on en parle du plan du magasin du Leroy Merlin de Rezé ou bien ?! 🔫

 

Les conseils de la fille qui en est passée par là :
– Anticiper au maximum tout ce que vous pouvez (comme les choix de matériaux).
– Se déplacer régulièrement sur le chantier et prendre des notes.
– Passer par un constructeur si vous ne vous sentez pas capable d’être souvent sollicité.
– Apprendre à souffler.

 

Bonjour frayeurs

Vous vous souvenez le truc qui doit devrait être là ? En fait, il a plein de petits copains.  Ce ne sont pas des choses graves et, avec un peu de recul, on en rigole bien désormais. Mais sur le coup quand on cumule les broutilles et que l’on a déjà la tête bien occupée ça crée des frayeurs. Je ne sais pas si c’est nous qui avons été particulièrement bien servis, ou s’il y en a toujours. Pour les exorciser je vous raconte les miennes, mon top 10 du moins.

  1. Quand 2 semaines après le démarrage des travaux alors que tu étais tout content : “En fait il n’y a personne qui travaille au mois d’août et on n’a pas eu le temps de couler la dalle avant le départ du maçon. Ça décale le planning mais pas de soucis on est laaaarge.” #mouais
  2. Quand le maître d’œuvre t’appelle pour te dire, “la semaine prochaine votre maison est hors d’eau, hors d’air” (joie des maisons en bois) et que ton chantier n’est toujours pas assuré.
  3. Quand tu vois les murs de ta maison suspendus à une grue. A une grue ! 😱
  4. Quand à 1 mois de la date de fin de ton préavis d’appartement les bandeurs (oui ça se dit) ne sont toujours pas venus faire les bandes de placo. Et que donc tu ne peux pas commencer les peintures, et que donc tu ne peux pas commencer les sols et que donc … t’es dans la mouise. Heureusement qu’on était laaaarge.
  5. Quand tu commandes de la faïence blanc de lait et que tu vois ton carreleur décharger de la faïence vert caca d’oie. Remarque du carreleur : “je me disais aussi que c’était pas terrible comme association”
  6. Quand ton père (Mac Gyver) venu t’installer ta cuisine t’annonce : “tu voulais le mettre où ton lave-vaisselle, parce que là on va avoir un problème”
  7. Quand le plombier cherche la gaine pour passer ton robinet extérieur et que finalement la susdite gaine est du côté opposé de la maison. Pratique.
  8. Quand lors de la première douche tu entends littéralement un bruit de cascade dans le mur.
  9. Quand la maison à peine réceptionnée tu entends des gros bruits de grincement pendant la tempête dans ta toiture.
  10. Quand tu vois des fissures apparaître dans ton enduit fraîchement posé. Joie :)

 

Les conseils de la fille qui en est passée par là :
– Ne donnez pas votre préavis le lendemain de la date de fin de chantier estimée. A moins d’avoir quelqu’un pour vous héberger.
– Faites-vous assister par un expert à la réception du chantier et émettez des réserves (pleins)
– Vous avez un an (garantie de parfait achèvement) pour signaler tout désordre même esthétique. Envoyer des recommandés dans cette période-là pour avoir des recours si l’entreprise ne bouge pas.
– Mettez-vous à la méditation.

 

Je termine cet article en me disant qu’encore une fois j’ai certainement dû faire peur à plus d’un qui envisage de se lancer. Mais pour terminer sur une note positive je peux vous dire que ces épreuves nous ont rapprochés plus que jamais et que franchement ça en valait la chandelle quand je vois où nous en sommes arrivés.

Si vous en êtes aussi passé par là, racontez-moi vos frayeurs ! Je suis sûre que ça nous/vous fera du bien !
Et si vous n’y êtes pas encore, ça va ? Je ne vous ai pas fait trop peur ?